Accueil...
Douces Pensées...
Mes Oeuvres...
Ma biographie...
Futures Expositions...
Presse & Media...
Mon Livre d'Or...
Mes Cotations...
Mes poèmes...
Mes Animaux...
Mes Ami(e)s...
Mes Photos...
Mes soirées...
Cannes...
Alicia...
Mes liens...

Contacter Martine

...:: MINI BIO MARTINE ::...




 

Martine JUNG est née le 05 décembre 1963, à Hayange dans l’est de la France, son signe astrologique, est le sagittaire ascendant cancer ou gémeaux selon certains thèmes astraux !


Elle est fille unique, ses parents travaillent, et elle est élevée par une nourrice italienne très affectueuse, avec quatre garçons.

 

Ses parents lui ont donné une très bonne éducation, mais lorsqu’elle retourne le week-end chez eux, elle se rebelle contre sa mère, et lui reproche de ne pas lui donner l’affection qu’elle lui demande, car c’est une femme froide qui ne montre jamais ses sentiments.

 

Par contre avec son père, Martine avait une relation fusionnelle d’amour et de complicité magique, ils sortaient ensembles s’amuser, elle l’aimait d’un amour idéaliste, il ne jugeait jamais, il lui a tout appris et était toujours présent, avec une patience d’ange, à l’écoute des autres.

 

Martine fait ses études dans le secrétariat mais ne trouvant pas de travail, faute d’expérience, à dix neuf ans elle part travailler au Luxembourg dans une brasserie afin de prendre son indépendance.

 

Elle rencontre Bruno et c’est le coup de foudre, ils attendent un  amour de petite fille, qu’ils vont prénommer Virginie et décident de se marier en novembre 1984.


Pendant cette joie d’amour, elle reporte son mariage pour son père qui tombe dans le coma, et c’est le  choc le plus émotionnel qu’elle reçoit dans sa vie, un coup de poignard qu’elle ressent au plus profond de son cœur.


Elle a la joie d’avoir un bébé au moment ou son père est malade. Il se fait opérer d’une tumeur au cerveau, la veille de son mariage. Elle va le voir le lendemain, il ne la reconnaît pas, la regarde ahuri car il a perdu la mémoire.


Le neuf mars 1985 Martine reçoit le plus beau cadeau de sa vie, une fille magnifique qui se prénomme Virginie…son père est venu la voir avec cette force de caractère et cette volonté qui lui permettait de surmonter cette maladie, le cancer du poumon qui le rongeait intérieurement…

 

En septembre 1985, Virginie à six mois, ses parents se séparent et le divorce se passe difficilement, Martine doit aller kidnapper sa fille qui se trouve avec sa grand-mère paternelle sur la côte d’azur depuis deux mois.

 

Elle revient avec Virginie chez ses parents et subit un divorce houleux avec la maladie qui dégrade de plus en plus son père… Elle rejette tout l’amour de sa fille sur lui afin de passer les derniers instants de complicité et d’amour avec cet homme qui ne méritait vraiment pas de souffrir autant avec tout le bien qu’il avait donné autour de lui, il était si gentil, adorable & génial !!

 

Le 24 mai 1986 à 14 heures, Martine reçoit le coup de poignard final, elle ressent dans son coeur que son père vient de mourir à cinq kilomètres d’elle, c’est fini, elle est seule avec sa fille pour  affronter cette vie sans son papa, mot qu’elle ne prononcera plus.

 

Après son décès elle ne mange plus et sombre dans une dépression anorexique, sa mère doit la nourrir comme un bébé, elle se laissait mourir intérieurement, mais ce qui l’a sauvée c’est sa fille qu’elle ne voulait pas laisser seule…

 

Elle se bat contre les épreuves de la vie pour élever sa fille toute seule et fait des cours du soir d‘informatique, afin de pouvoir aller travailler au Luxembourg.


En 1987, elle découvre dans le grenier le matériel de peinture de son père caché, comme si il lui transmettait ce dernier cadeau personnel d’amour et de continuité paternelle afin de combler le vide immense qu’il allait laisser.

 

C’est la peinture qui permet à Martine de créer et de d’oublier le parcours de combattant qu’elle doit affronter tout les jours de la vie pour avoir une stabilité professionnelle.


Elle peint près de la fenêtre qui donne sur le parc des enfants qui s’installaient en hauteur, sur les jeux, afin de voir ses œuvres tout en lui faisant des compliments, qui lui faisait chaud au coeur.

 

Elle passe et repasse devant la galerie du peintre Padlo à Thionville, elle ose rentrer dans sa galerie et il devient son maître d’Art. Il lui apprend les techniques de l’huile, elle  l’accompagne dans ses expositions. Souvent il l’envoie acheter ses toiles et lui dit d’en prendre pour elle sachant sa situation financière.

 

Ensuite, Martine va habiter à Heerlen au Pays bas afin de créer les esquisses de ses futurs tableaux en préparation.

 

En 1993, elle décide de changer et de faire du pastel en  commençant à faire une série de portraits de femmes sensuelles et charnelles.

 

Sa cousine qui est aussi artiste peintre lui propose de faire une exposition afin de faire connaître ses œuvres.

 

Après son travail, elle peint toutes les nuits afin que les tableaux soient prêts pour l’exposition qui est prévue le 14 décembre 1993 à Luxembourg, avec comme invité d’honneur, l’Ambassadeur du Danemark ainsi que beaucoup de personnalités luxembourgeoises.

 

Martine prépare une deuxième exposition qui est prévue en 1997. Pendant ces années d’absence, une personnalité artistique lui a permis d’avoir beaucoup d’inspiration afin de créer une nouvelle série de portraits.

 

Lors de l’accrochage des œuvres dans le château, Martine ressent cette chaleur spirituelle qui l’attire dans cette cuisine d’antan avec son ancienne cheminée et qui se trouve à côté de la salle d’exposition.

 

La veille de l’exposition, elle prépare son premier discours dans son bain, elle stresse car elle se trouve incapable de parler en public, alors que le vernissage est prévu le lendemain, 8 novembre 1997 dans le château Guy de Wendel pour lequel son père avait travaillé dans ses usines.

 

Sans le savoir, elle expose avec Monique une artiste qui est la sœur de Irène décédée, dont Martine dédiait ses douces pensées. Martine dédie toujours ses douces pensées aux personnes décédés qui ont fait partie de sa vie et qui lui manquent énormément…

Elle aime les mystères de ces châteaux avec leurs histoires et leurs parcs magnifiques.


Au château de Moncel à Jarny où elle expose en 1998, elle fait un portrait imaginaire,  qui ressemble énormément à la fille de l’attaché de la culture qui restent ébahies devant ce tableau !

 

Elle aime se ressourcer à la mer et aller sur la côte d’azur pour ces couleurs chaleureuses, lorsqu’elle est à Saint Paul de Vence et voit toutes ces galeries d’artistes connus, elle revient avec énormément d’inspiration afin de créer un nouveau style de tableaux.


Se sentant une artiste à part entière, elle décide en 2003 de créer son propre site artistique afin de faire connaître ses œuvres au monde entier.


Actuellement, Martine écrit un livre & n’a pas les fonds nécessaires pour continuer sont art, elle recherche des amateurs, sponsors, producteurs ou investisseurs qui croient en elle...& qui pourraient l’aider à financer ses oeuvres afin de se faire connaître & avoir la reconnaissance qu'elle mérite....